Après Jacquie & Michel, Pascal OP et Mat Hadix : Le porno, une industrie criminelle en bande organisée

 

Communiqué de presse des effronté-es
19 octobre 2020

Après Jacquie & Michel, Pascal OP et Mat Hadix :
Le porno, une industrie criminelle en bande organisée

 

Le 10 septembre dernier, nous communiquions avec Osez le féminisme ! et le Mouvement du Nid à propos de l’enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris contre la plateforme pornographique Jacquie & Michel, pour viol et proxénétisme. Cette enquête fait suite à notre signalement commun, en février dernier, pour des faits relevant selon nous non seulement de viols, mais aussi de torture et d’actes de barbarie : voir la vidéo de Konbini qui dévoilait les témoignages effroyables de deux femmes, contraintes à des actes sexuels qu’elles avaient pourtant explicitement refusés. Depuis, de nombreuses autres femmes victimes de Jacquie & Michel nous ont contactées pour témoigner ou porter plainte.

Aujourd’hui lundi 19 octobre, nous apprenons la détention provisoire de Pascal Aullitrault dit Pascal OP, producteur, réalisateur et acteur spécialisé dans le porno dit “trash” et gérant de la plateforme « French Bukkake », pour des faits de viols, proxénétisme aggravé, traite des êtres humains aggravée et travail dissimulé, mais aussi pour blanchiment de proxénétisme aggravé et blanchiment de fraude fiscale.

Mathieu L., dit Mat Hadix, autre producteur et proche de la plateforme Jacquie & Michel, est lui placé sous contrôle judiciaire pour des faits similaires, avec interdiction de poursuivre son activité. Au total, quatre personnes sont mises en examen.

Ces deux affaires, qui concernent toutes deux des “grands noms” du milieu du porno, démontrent une réalité que la société ne peut plus refuser de voir : dans sa globalité, la pornographie est un système criminel et les actes qu’on y voit relèvent majoritairement du viol et de la torture. Les femmes courageuses qui déposent plainte doivent être soutenues par la société, qui n’a plus le droit de les ignorer et d’invisibiliser leurs souffrances. Car, à l’heure actuelle, le porno est presque toujours abordé avec légèreté, le plus souvent comme un sujet de plaisanterie. Pourtant les conséquences de cette industrie sont terribles, que ce soit sur les esprits (jeunes ou moins jeunes) qu’il imprègne de sa culture du viol – 88% des scènes de pornographie contiennent de la violence explicite –, ou sur les femmes qu’il meurtrit et détruit à petit feu, avec un consentement réduit à rien.

Aujourd’hui, il n’est plus possible de continuer de se voiler la face. La société se doit de reconnaître les violences vécues par ces femmes que le porno a violées, torturées, brisées ou poussées au suicide. Elle se doit de faire son autocritique quant à la tolérance incroyable dont elle fait preuve à l’égard de cette violence systémique, tolérance qu’on observe autant au regard du traitement moral et social qu’elle fait du porno, qu’au niveau du droit. Le porno ne doit plus être une zone de non-droit où la violence, la barbarie et le viol peuvent s’exercer impunément, où des propos sexistes, mais aussi racistes ou même transphobes s’étalent sur la toile, autant dans les synopsis des films à disposition sur internet que dans les tweets de Pascal OP, entre autres (voir captures d’écran ci-après).

Il est urgent pour toutes et tous de faire face à la réalité du système pornocriminel, car nous le devons aux victimes, nous le devons aux femmes, et nous nous le devons à nous-mêmes si nous nous pensons, nous voulons, une société où les droits humains sont garantis pour toutes et tous. Il est temps d’avoir de l’empathie pour les femmes, et ne plus rechercher leur avilissement. Une société qui fantasme sur la haine et la violence est une société malade et souffrante qui porte en elle tous les maux que sont le sexisme, le racisme, l’oppression, et qui ne protège que la liberté du fort.

Contact presse :
Claire Charlès : 07 60 36 38 29

3 réflexions sur “Après Jacquie & Michel, Pascal OP et Mat Hadix : Le porno, une industrie criminelle en bande organisée

  1. Tellement, tellement ignoble. La haine des femmes n’a vraiment aucune limite. Quand je pense aux « braves pères de famille » qui entre autres cas de figure pathétiques doivent mater, cautionner et engraisser ça…..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s