#LibertéPourAdriana Les victimes doivent être protégées, pas incarcérées !

Communiqué de presse des effronté-es
2 novembre 2020

#LibertéPourAdriana
Les victimes doivent être protégées, pas incarcérées !
Action de soutien devant le Tribunal judiciaire de Créteil

 

Demain s’ouvre le procès en appel d’Adriana Sampaio, condamnée à 7 ans de prison ferme pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, une peine extrêmement lourde au regard de la jurisprudence et des faits observés.

Son conjoint frappait et tirait par les cheveux Adrielly, 18 ans, fille aînée d’Adriana, afin de la traîner vers la chambre et la violer. Les cris, supplications et ripostes physiques de sa mère n’ont eu aucun effet. Désespérée, Adriana a fini par saisir le couteau du repas du soir pour frapper son conjoint et sauver son enfant. À aucun moment elle n’a eu l’intention de le tuer, seulement lui faire lâcher prise.

Nous avons rédigé une tribune, parue dans Mediapart lundi, signée par 40 collectifs, élu-es de la République, représentant-es politiques et syndicales-aux, avocat-es, sociologues et militantes féministes. Puis nous avons lancé une pétition, qui a recueilli à ce jour plus de 39 000 signatures en moins d’une semaine : c’est l’incompréhension de l’opinion publique qui s’exprime face à une justice qui ne reconnaît pas la légitime défense d’une mère ayant protégé son enfant, frappée et menacée de viol. Une femme qui pendant des années a encaissé les coups donnés par son conjoint, les insultes, les humiliations, tant qu’elle en était la seule cible. Elle a bien tenté de demander de l’aide, difficilement, ne parlant pas le français à l’époque (elle est Brésilienne). L’assistante sociale lui a dit : “je ne peux rien faire pour vous.”

Quand son conjoint s’en est pris à sa fille, elle n’a pas pu rester spectatrice. Elle a considéré la menace de viol avec d’autant plus de sérieux qu’Adrielly avait rapporté à sa mère qu’il l’avait agressée sexuellement quelques mois auparavant. Elle a tout fait pour l’arrêter, mais il était plus fort : aurait-elle dû laisser sa fille se faire battre et violer ?

Condamnée à 7 ans de prison en 2019, Adriana a fait appel. L’audience débute demain, mardi 3 novembre, au tribunal judiciaire de Créteil. Les effronté-es et d’autres militant-es et collectifs seront présent-es en soutien, en nombre restreint par respect des règles sanitaires, afin de demander la liberté pour Adriana. Elle a déjà fait deux ans de détention provisoire – deux ans de trop.

Adriana est une victime de violences conjugales, comme 240 000 femmes en France chaque année. La société ne l’a pas protégée. Pire, elle lui a volé deux ans de sa vie. Adriana n’a pas de dette envers la société. C’est la société qui a une dette envers elle. #LibertéPourAdriana

Signez la pétition : Change.org/LiberezAdriana

Vidéo : entretien avec Adriana

Informations pratiques pour la presse :

Présence du comité de soutien et de représentantes d’associations, action avec pancartes et slogans, nous répondrons à la presse, à partir de 10h – Place du Palais, 94011 Créteil

 

Contact presse :
Claire Charlès : 07 60 36 38 29

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s