Libérez Alexandra Richard ! Son maintien en détention n’a aucun sens !

Communiqué de presse des effronté-es
25 mars 2022

Libérez Alexandra Richard !
Son maintien en détention n’a aucun sens !

Alexandra Richard reste en prison après un nouveau refus de remise en liberté sous contrôle judiciaire. Le délibéré de l’audience du 9 mars est tombé hier, jeudi 24 mars.

Et pour quel motif ? Toujours ce pseudo « trouble à l’ordre public » qui échappe à tout bon sens, à toute argumentation sérieuse, à toute logique, voir le communiqué d’Osez le féminisme!, qui a assisté à l’audience du 9 mars, et en a fait une analyse : Remise en liberté d’Alexandra Richard : Quel est ce « trouble à l’ordre public » que craint la justice ?

Voir aussi notre communiqué du 14 octobre 2021, HISTOIRE D’UNE MISE SOUS SILENCE. Car ce même argument est depuis longtemps présenté à l’appui du maintien d’Alexandra en détention : c’est en effet la 6ème demande de remise en liberté qui lui est refusée, alors qu’elle ne présente aucun profil criminogène ni récidiviste, de l’aveu de tou-tes les expert-es.

Pourquoi un « trouble à l’ordre public » ? Parce que des journalistes ont osé s’intéresser à l’affaire. Parce que des associations féministes ont eu l’audace d’apporter leur analyse et leur éclairage sur l’histoire de cette femme victime de violences conjugales !
Quelle est cette institution qui n’est plus dans la recherche de la Justice, mais de la vengeance ? Qui ne tolère pas qu’un regard critique soit posé sur ses décisions, alors que si les cours d’assises sont composées de jurés populaires, c’est bien parce que l’exercice de la Justice concerne le peuple, la société tout entière !

Quel est cet acharnement forcené et inhumain contre une femme qui a commis un acte de légitime défense devant la menace de mort qu’elle a reçue de son compagnon ? Ce droit à se défendre lui a déjà été dénié, comme aux 10 femmes qui se trouvent chaque année dans le même cas, et à qui la légitime défense est systématiquement refusée. C’est ainsi qu’Alexandra a écopé de 10 ans de prison ferme, en appel comme en première instance, pour homicide volontaire.
On lui refuse également, encore et toujours, la possibilité de rentrer chez elle et de retrouver ses enfants dans l’attente d’une décision de la Cour de Cassation auprès de laquelle elle a formé un pourvoi. – cliquez sur le lien pour soutenir la cagnotte –

On revictimise, une fois de plus, une femme victime de violence conjugale, à rebours de la politique pénale prioritaire française qui consiste à protéger les femmes victimes de violences, à reconnaître la valeur de leur parole et à ne pas les revictimiser, en rupture également avec les obligations découlant de la Convention Européenne des Droits Humains, à savoir mettre un terme à l’impunité des agresseurs et aux violences faites aux femmes.

Nous voulons une vraie Justice pour Alexandra Richard, comme celle qui a rendu la liberté à Adriana Sampaïo, l’acquittant en appel du chef de violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner : Adriana Sampaïo est ainsi devenue la 3ème femme en France à qui la légitime défense a été reconnue dans un contexte de violences conjugales. Adriana Sampaïo a été défendue par les mêmes avocat-es qu’Alexandra. Mais selon la cour qui les rend, les jugements diffèrent de façon affolante.
C’est un jugement guidé par une idéologie patriarcale qui a scellé le sort d’Alexandra, d’une part en lui infligeant une peine d’une incompréhensible sévérité (10 ans de prison entraînent une peine de sûreté de 5 ans et interdisent tout aménagement de peine, excepté lorsqu’une nouvelle action en justice est en cours et peut remettre en question le précédent jugement – c’est le sens des demandes de remises en liberté sous contrôle judiciaire qui se sont succédé depuis plus d’un an), d’autre part en lui refusant par 6 fois de la libérer sous contrôle dans l’attente du prochain jugement, alors qu’elle ne représente aucun danger pour la société et alors que ses enfants ont besoin d’elle, et particulièrement le petit dernier qui est aussi le fils du défunt. Quel est le sens de leur faire payer le prix fort, à eux aussi ?

Cet acharnement est inadmissible. Notre récente tribune dans le journal Mediapart en donne précisément les raisons, raisons qu’un enfant comprendrait. Mais pas un enfant-roi comme s’en approche malheureusement la justice lorsqu’elle montre un tel visage de toute-puissance et d’absence totale de remise en question.

Contact presse :
Claire Charlès : 07 60 36 38 29

https://www.cotizup.com/justice-pour-alexandra-richard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s