Contre-réforme des retraites : les grandes perdantes ne lâcheront pas !

Communiqué de presse des effronté-es – 18 février 2020

Contre-réforme des retraites :
les grandes perdantes ne lâcheront pas !

Pour les femmes, la retraite est le point culminant d’une vie d’inégalités dans le travail, non seulement salariales mais aussi domestiques. En effet, avec un écart global entre les salaires des femmes et ceux des hommes qui reste autour de 25% année après année, les femmes perçoivent, après toute une vie de travail, des pensions de retraite qui sont de 42% inférieures à celles des hommes. Cet état de fait est inacceptable et nécessite de véritables améliorations, au lieu de cette contre-réforme qui vient aggraver encore la situation pour les femmes. Non seulement le système des retraites est en lui-même à améliorer pour rehausser les pensions des femmes mais il faut encore agir en amont pour endiguer ces inégalités entre les carrières des femmes et celles des hommes. Il n’est ni normal ni supportable que les femmes, qui réussissent pourtant mieux à l’école et jusque dans le supérieur, soient pénalisées par la suite dans leur carrière, du seul fait d’être des femmes. Ces chiffres ne sont évidemment pas le fruit du simple hasard, mais le fait de problématiques spécifiques qui s’imposent aux femmes, et qui doivent être analysées précisément pour pouvoir être réglées politiquement !

Les femmes travaillent gratuitement.

On le sait, les femmes ont souvent des carrières hachées : elles sont près d’un tiers à être à temps partiel, contre 8% des hommes. Cela est dû en grande partie à la nécessité d’élever les enfants, mais aussi à la double journée de travail qui pèse sur les femmes et qui les pousse souvent à accepter de réduire leur temps de travail salarial pour garder du temps domestique. Ce que cela recouvre, c’est tout simplement du travail gratuit.

Nous n’avons d’ailleurs pas de mots assez forts pour dénoncer le scandale absolu de la suppression pure et simple des trimestres qui étaient jusqu’à présent offerts aux femmes pour congé maternité et éducation des enfants, en compensation du temps perdu de travail et donc de cotisation que cela représente.

Aujourd’hui, les femmes assurent toujours deux fois plus les tâches domestiques que les hommes, sans parler des mères seules. Cet état de fait ne sera dépassé qu’avec une évolution profonde de la société, évolution qui doit être appuyée par des politiques volontaristes : en matière d’éducation d’abord, parce que les stéréotypes de genres s’intègrent très tôt, et c’est pour ça que nous voulons que soient mis en place des programmes scolaires, de la maternelle au supérieur, d’éducation contre le sexisme et contre les stéréotypes de genres.

Ensuite, les féministes réclament depuis de nombreuses années un allongement conséquent du congé paternité, qui est à l’heure actuelle fixé à seulement 11 jours, ce qui pousse évidemment les femmes à s’arrêter plus longtemps, et ce sont elles qui sont pénalisées au final, et le seront encore davantage si cette réforme venait à être adoptée. Nous voulons un congé parental partagé à égalité entre les parents, et qui soit véritablement rémunéré !

Les femmes, grandes perdantes des politiques libérales.

Les contrats précaires incombent davantage aux femmes, ils sont banalisés voire encouragés par les politiques d’austérité, et les femmes payent très fort le prix des réformes que la droite dure a fait passer, contre la volonté du peuple, au sein des gouvernements qui se sont succédé ces dernières années. Il faut lutter contre cette banalisation ! Nous voulons que le CDI temps plein redevienne la norme, et que le CDD redevienne le contrat d’exception qu’il est censé être.

Nous voulons une revalorisation des filières dites « féminines », car il est proprement anormal que les femmes se retrouvent de façon systémique dans des métiers moins bien payés, et pourtant oh combien importants, pour des tâches parfois très difficiles physiquement, et nous rendons hommage au courage immense des salariées de l’IBIS Batignolles, en grève depuis sept mois pour des conditions de travail décentes et la fin des cadences intenables.

Nous voulons une hausse significative du SMIC, car nous rappelons que deux tiers des smicards sont des femmes ! Nous voulons une hausse des minimas sociaux, sachant que 60% des personnes au RSA sont des femmes ! Nous voulons que soit réduit l’écart entre le taux d’activité des hommes et celui des femmes, car les femmes sont au moins autant diplômées, et de plus, cela permettrait d’augmenter les ressources en cotisations retraite ! Nous voulons pour cela que soit ouvert un nombre suffisant de places en crèches, pour permettre aux femmes ayant des enfants en bas âge de ré-accéder plus librement  à l’emploi !

Défendre notre système de retraite, c’est défendre un choix de société : nous voulons une société solidaire et non pas individualiste, et l’égalité entre les femmes et les hommes en est une part primordiale, et doit donc faire partie intégrante de tout projet de réforme.
En cela nous récusons entièrement cette contre-réforme, qui dans son essence est néfaste pour tout le monde, mais bien plus encore pour les femmes, malgré une communication gouvernementale qui ose prétendre le contraire, qui ose prétendre que nous femmes en serions les « Grandes gagnantes ».

Nous voulons non seulement que soit maintenu le système actuel, basé sur la solidarité, intergénérationnelle mais aussi entre les différentes caisses de retraites. Mais nous voulons en plus qu’il prenne davantage en compte les inégalités qui pénalisent les femmes : pour cela il est d’abord nécessaire de mettre fin à l’allongement continu de la durée de cotisation, car il devient de plus en plus irréalisable pour les femmes, de partir à taux plein du fait de carrières en moyenne plus courtes, et incomplètes. Par ailleurs nous ne voulons pas d’une société qui exploite l’accroissement de la durée de vie comme une ressource à mettre à profit afin de nous faire travailler davantage. Nous voulons que chacune et chacun puisse profiter de sa retraite à un âge décent, en somme nous voulons revenir à la retraite à 60 ans sans décote.

Même si nous ne nous en tenons pas au statu quo concernant les inégalités salariales qui génèrent des pensions plus faibles pour les femmes, nous voulons que soient maintenus et même renforcés les systèmes compensatoires prévus pour leurs retraites.

Enfin, à une époque où l’on n’a jamais autant parlé des violences faites aux femmes et notamment des violences conjugales, on ne peut éviter de mentionner l’importance de l’autonomie financière des femmes. Rappelons que un quart des féminicides qui ont eu lieu en 2019 concernait des femmes de plus de 60 ans, soit des femmes en retraite ou proches de l’être. Plus l’on précarise les femmes, plus on les met potentiellement en danger. Un État qui n’œuvre pas à renforcer l’autonomie financière des femmes ne peut prétendre lutter contre les violences qu’elles subissent ! Un État qui prétend dénier aux femmes divorcées, le droit de toucher la pension de réversion, les attachant de ce fait un peu plus à leur époux en cas de violences conjugales, est un État irresponsable, et complice.

Grandes perdantes, nous n’accepterons pas de l’être une fois de plus !

Contact presse :
Claire Charlès : 07 60 36 38 29

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s