RETRAITES : STOP aux réformes qui précarisent les femmes et les mettent en danger

Communiqué de presse des effronté-es
17 décembre 2019

RETRAITES :
Les effronté-es disent STOP aux réformes qui précarisent toujours un peu plus les femmes et soutiennent le mouvement social et la manifestation du 17 décembre

Nous étions déjà extrêmement en colère contre les conclusions d’un grenelle, qui s’est confirmé être un grand plan de communication, pour une augmentation de 5% du budget alloué à la lutte contre les violences envers les femmes, malgré un budget 2020 farfelu présenté par la ministre Schiappa dès la mi-octobre, totalement faux et gonflé par des calculs fantaisistes et tours de passe-passe comptables, sitôt décortiqué par Nous Toutes (un rapport sénatorial du 27 novembre donne les mêmes conclusions). Les quelques bonnes mesures qui en sont ressorties (et dont beaucoup d’entre elles existaient déjà (sans être appliquées fautes de moyens) ne seront pas mieux financées qu’avant et donc toujours pas appliquées. Le reste relève, de manière générale, de la plaisanterie.

Nous avons accusé une réforme du chômage qui relève de la boucherie tant nos droits à tou-tes sont diminués à tous les niveaux. Cette réforme va également toucher davantage les femmes car leurs carrières plus hachées vont s’en trouver largement défavorisées par le nouveau mode de calcul de l’indemnité, qui inclut à présent les mois non travaillés sur la période de référence… tandis qu’auparavant seuls les jours travaillés sur la même période comptaient pour l’indemnité.

A présent le gouvernement Philippe, veut nous faire croire que la réforme des retraites, issue du rapport d’un Delavoye qui vient de démissionner suite à quelques problèmes de mémoires (il ose accuser aujourd’hui sa femme d’être à l’origine des oublis de déclaration de ses autres 12 postes…), serait avant-tout avantageuse pour les femmes, elles en seraient même les “grandes gagnantes” !

Sauf que, la réforme des retraites c’est :

  • les trimestres offerts aux femmes lorsqu’elles étaient en congés maternité : supprimés ! (nouvelle règle : un euro cotisé = un point.)

  • un calcul de l’indemnité de retraite basé sur toute la carrière et non plus sur les 25 meilleures années dans le privé et six derniers mois dans le public !

Ce nouveau calcul va davantage impacter les femmes, dont les carrières sont souvent hachées : elles ont des congés maternité, elles s’arrêtent parfois pour éduquer leurs enfants, elles ont davantage de jobs d’appoints, de métiers précaires, représentent 80% des CDD et autant de temps partiels subis (et un tiers des femmes est à mi-temps contre 8% des hommes), mais elles représentent aussi deux tiers des SMIC. Les métiers très féminisés sont moins bien payés, les filières dites “prestigieuses” et qui sont les mieux rémunérées, sont beaucoup plus masculines. Entre sexisme dans les écoles supérieures – programmation, numérique, filières scientifiques… -, cooptation masculine aux postes à responsabilité et discrimination à l’embauche pour les femmes, le résultat est qu’elles touchent en moyenne 25% de moins que les hommes, ce qui amène les écarts de pension actuels à 42%, alors qu’elles réussissent mieux leur scolarité, de l’école au supérieur. Si l’on prend en compte l’entièreté de leur carrière, elles vont évidemment y perdre énormément, avec des périodes non travaillées, des périodes mal rémunérées, des périodes de chômage…

  • la majoration de 10% pour les pensions des femmes qui ont eu trois enfants : supprimée ! “Remplacée” par une majoration de 5% par enfant, applicable à la retraite de la mère OU à celle du père (ou encore à répartir sur les deux). Nombre de couples seront bien plus tentés d’appliquer cette majoration à la retraite du père, souvent meilleure, puisqu’il gagne en général plus. Sauf qu’en cas de divorce, seul le père bénéficiera au final de sa retraite majorée.

  • les pensions de réversion : les femmes peuvent aujourd’hui les toucher en cas de décès du conjoint ou ex, à partir de leur 55 ans, actives ou retraitées.

Avec la réforme c’est à leur 62 ans qu’elles pourront y toucher, à la condition qu’elles soient déjà elles-mêmes en retraite, et surtout, encore mariées ! Si elles ont divorcé avant, elles n’auront rien.

Ce qu’on nous vend comme des avancées :

  • le fameux minimum retraite à 1000 euros pour une carrière complète que Monsieur Philippe nous présente comme un formidable cadeau de Noël ! Cette loi n’est pas nouvelle, elle existe depuis 2003 et devrait être appliquée depuis 2008. Ce minimum retraire reste en dessous du seuil de pauvreté. 40% des femmes n’ont pas de carrière complète, cela ne changera rien pour elles !

  • la prise en compte des primes dans le calcul de la retraite des fonctionnaires : deux tiers de ces primes sont appliquées aux hommes.

Ces deux mesures sont un maigre tribu pour les femmes compte tenu de tout ce qu’on leur a retiré, et du fait qu’elles seront de toutes façon peu à en profiter.

Comme si ça ne suffisait pas, plus l’on précarise les femmes et notamment les retraitées (en 2019, un féminicide sur quatre a concerné des femmes de 60 ans et plus, en retraite ou proches de l’être), plus on les enchaîne à leur conjoint violent. On sait que l’autonomie financière est d’une importance fondamentale dans la lutte contre les violences conjugales. Non content d’un grenelle qui n’aura servi quasiment à rien, le gouvernement nous précarise toujours plus, exposant davantage les femmes victimes de violences à l’emprise de leur conjoint, tant économique que psychologique.

Nous sommes trop nombreuses à souffrir de ces multiples violences, économiques, physiques et sexuelles, dans lesquelles les réformes libérales et patriarcales nous maintiennent toujours plus.

Pour toutes ces raisons Les effronté-es soutiennent le mouvement social contre la réforme des retraites, ainsi que la large mobilisation des féministes, et tiennent à rappeler que nous ne lâcherons rien sur la question des violences faites aux femmes !

Contact presse
Claire Charlès : 07 60 36 38 29

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s