CP du 10 septembre : Affaire Tariq Ramadan : protection de l’anonymat des victimes !

Communiqué de presse des effronté-es 10 septembre 2019

Affaire Tariq Ramadan :
Les effronté-es demandent le respect de l’anonymat des victimes !

Aujourd’hui, le Tribunal de Paris est appelé à statuer sur le référé déposé par Christelle,  prénom d’emprunt de la deuxième femme à avoir porté plainte contre Tariq Ramadan, qu’elle accuse de l’avoir violée en 2009. (Rappelons que ce dernier a fait l’objet de six plaintes pour viol à ce jour). Elle demande que la parution du dernier livre de Ramadan, « Devoir de vérité », prévue ce mercredi 11 septembre, soit reportée, et les passages la concernant anonymisés. En effet, son auteur y cite le véritable nom de Christelle, alors que celle-ci préserve son anonymat depuis le début de sa plainte, pour éviter des représailles semblables à celles qu’a subies Henda Ayari, qui avait été la première à porter plainte contre Tariq Ramadan en 2017, dans le sillage de #MeToo. Elle avait alors essuyé les insultes, le harcèlement et les intimidations des défenseurs de Ramadan, qu’elle subit encore aujourd’hui. À l’aune de ces tristes faits, n’importe qui comprend sans peine la volonté de Christelle de rester anonyme.

Le référé de Christelle et de son avocat s’appuie notamment sur l’article 39 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui interdit de « diffuser […] des renseignements concernant l’identité d’une victime d’une agression ou d’une atteinte sexuelles.

Par ailleurs, le triste sire à eu l’heur de pouvoir s’exprimer vendredi dernier sur RMC, déversant contre-vérités et mensonges : interrogé sur cette autre plainte pour viol déposée par une femme pour des faits qui se seraient produits en 2014 à Lyon, il a ainsi prétendu avoir donné une conférence à Baltimore (États-Unis) le 23 mai 2014 (jour du viol présumé), allégations démenties le lendemain par l’AFP, selon qui ladite conférence a eu lieu le 24 mai, soit le lendemain. Il a également dit à Jean-Jacques Bourdin : « La brigade criminelle parvient aujourd’hui exactement aux mêmes conclusions. Il n’y a pas de viol », or les juges ont estimé au contraire qu’il existait suffisamment d’indices « graves et concordants » pour maintenir la mise en examen.

Non seulement ces mensonges n’ont pas été contredits par M. Bourdin, les journalistes ne connaissant pas toujours tous les détails de l’enquête (ce qui est bien commode pour M. Ramadan), mais ils sont une violence de plus pour les victimes. Comment croire qu’il est possible, en plein Grenelle sur les violences faites aux femmes, qu’on donne la parole à un présumé violeur avant le terme de l’enquête, dans une émission de grande écoute ? Quand les victimes elles, sont bien évidemment contraintes à la discrétion. Discrétion qui n’est même pas respectée, Ramadan ayant d’ors et déjà donné le nom de Christelle à l’antenne.

Il est tout à fait honteux qu’en pleine procédure pénale, on laisse à Tarik Ramadan la possibilité d’intimider les victimes et de dissuader les futurs témoins éventuels, en contradiction totale avec la libération de la parole des femmes que l’on prétend par ailleurs encourager aujourd’hui.

Les effronté-es s’indignent de ces procédés médiatiques, toujours en quête de buzz au détriment des victimes, et apportent leur soutien entier à Christelle, espérant une issue qui lui permette de préserver son identité le mieux possible, et de se prémunir ainsi contre des violences supplémentaires. La justice doit mieux protéger les victimes, c’est là tout l’enjeu du Grenelle initié par le gouvernement !

Contact presse

Claire Charlès : 07 60 36 38 29

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s