Action anti « manspreading » !

Communiqué de presse commun (en PDF)

Les effronté-e-s / La brigade antisexiste / Les chiennes de garde

01

Une action anti « manspreading » qui souhaite interpeller les usagers de la RATP et rattraper le retard français dans la lutte contre ce phénomène de privation d’espace, subi par les femmes.

Paris, vendredi 30 juin, Châtelet Les Halles et alentours – Des militant.e.s féministes investissent tour à tour les lignes du métro parisien et y apposent des autocollants, afin de sensibiliser les voyageuses.rs et déclencher le débat sur cette pratique selon laquelle les hommes, en particulier les passagers dans les transports publics, adoptent une position assise avec les jambes très écartées, de telle sorte qu’ils empiètent sur les sièges adjacents. Un phénomène de domination masculine qui s’inscrit dans une société sexiste qui nous apprend que les hommes sont plus légitimes que les femmes à occuper l’espace public.

Entre 20h et minuit, plus de 300 notes explicatives ont été collées dans 30 rames couvrant ainsi les 14 lignes de métro. De la même façon que les pictogrammes de la RATP nous rappellent de ne pas utiliser les strapontins en cas d’affluence ou de ne pas se faire écraser les doigts à la fermeture des portes, ces autocollants ont pour vocation d’inviter les hommes à laisser de la place à leurs voisines et à ne pas polluer le champ visuel avec leurs entre jambes. Le collage a été accompagné par de nombreux encouragements, surtout de la part des usagers féminins.

Cette action militante vient renforcer les dénonciations grandissantes sur les réseaux sociaux des internautes français.es contre le manspreading. Pour celles qui la subissent, c’est une forme de confiscation d’espace qui s’ajoute aux autres réalités sexistes dans l’espace public tel que le harcèlement de rue, dénoncé à de multiples occasions par les militantes féministes (Exemple : Pétition pour former la police au harcèlement de rue, lancé par Fatima Benomar, co-porte-parole de l’association « Les effronté-e-s ») ou la publicité sexiste, combattue par la « Brigade Anti Sexiste ».

Alors qu’aux Etats-Unis, au Japon et en Espagne les organisations de transports en communs mènent des campagnes pour lutter contre le manspreading en tant que harcèlement physique, en France on reste immobile. Malgré une réalité étayée, le problème semble peu pris au sérieux. Il y a quelques jours, la RATP et le STIF déclaraient au quotidien « 20 Minutes » n’avoir entamé « ni réflexion, ni prise de position sur le sujet ».

« Osez le féminisme », qui a alerté sur le syndrome « couilles de cristal » dès 2014 et qui a proposé le visuel des autocollants apposés, invite depuis quelques jours les usagers des transports victimes de manspreading à envoyer leurs témoignages à la régie des transports parisiens.

02

Contacts presse

Eva SCHMITTHENNER, organisatrice de l’action : eva.schmitth.orga@gmail.com
Association féministe et LGBT « Les effronté-e-s » : leseffrontees@gmail.com
La « Brigade Anti Sexiste » : brigadeantisexiste@gmail.com
Les Chiennes de Garde : contact@chiennesdegarde.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s