Grâce Présidentielle réelle pour Jacqueline Sauvage !

Communiqué de presse des effronté-e-s – 24 novembre 2016

Grâce Présidentielle réelle
pour Jacqueline Sauvage !

Les effronté-e-s sont scandalisées par le rejet de la demande de libération de Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de réclusion criminelle pour avoir tué son mari après 47 ans de violences conjugales, ce 24 novembre, veille de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes.

Pourtant, la cour d’assises de Blois avait reconnu que son acte n’avait pas été prémédité. Pourtant, une pétition spectaculaire l’avait assuré du soutien de l’opinion publique dans un pays où 122 sont mortes en 2015 sous les coups de leurs compagnons ou ex-compagnons. Pourtant, la grâce présidentielle partielle lui avait été accordée, ainsi que les réquisitions favorables du parquet. Pourtant, le tribunal d’application des peines de Melun avait écarté tout risque de récidive.

Dans la petite commune de La-Selle-sur-le-Bied, tout le monde savait. Jacqueline Sauvage avait séjourné plusieurs fois aux urgences. Ses trois filles ont accusé leur père de les avoir violées. Mais, malgré tous ces éléments, la justice n’a pas voulu qualifier le meurtre de légitime défense du fait que la réaction n’était concomitante et proportionnée aux coups reçus le jour-même. Mais comment proportionner 47 années de maltraitances qui s’accumulent ?

Loin d’être favorables à toute forme de peine capitale, nous déplorons que cette femme en ait été réduite à commettre ce crime. Deux vies auraient pu être sauvées, celle de l’époux qui aurait purgé sa peine et de l’épouse qui aurait vécu libre, si la société s’était montrée plus fonctionnelle. Beaucoup de femmes se retrouvent, du fait de la négligence des commissariats, en situation de non assistance à personne en danger.

Nous comptons depuis le début de cette année au moins 100 femmes tuées par leurs compagnons ou ex-compagnons (cas médiatisés seulement). Il aura, paradoxalement, fallu qu’une victime tue son bourreau pour qu’on en parle enfin, car si Jacqueline Sauvage n’avait pas commis l’irréparable, elle aurait sans doute rejoint la longue file des anonymes assassinées. Elle n’aurait pas fait la Une des journaux, mais l’objet d’une brève dans la rubrique des faits divers.

Les effronté-e-s espèrent que ce drame provoquera une réelle prise de conscience dans un pays où 85% des femmes battues ne portent pas plainte. Le jury populaire le lui avait reproché, mais plusieurs raisons l’expliquent : La mère de Jacqueline Sauvage était elle-même battue par son mari, banalisant aux yeux de sa fille les scènes de violences conjugales. Jacqueline était aussi une femme précaire avec un statut de conjointe collaboratrice. Elle travaillait mais ne touchait pas de salaire. Les femmes sans autonomie économique souffrent encore plus cruellement de l’emprise et ne s’imaginent pas pouvoir partir, surtout dans un pays où les subventions accordées aux associations qui hébergent et accompagnent les victimes sont aussi faibles. Hélas, tous ces aspects du syndrome de la femme battue induisent des mécanismes de défense incompris par la Justice. Lire l’interview que nous avait accordé la Docteure Muriel Salmona.

Les effronté-e-s réclament une vraie et entière grâce présidentielle de la part de François Hollande, Président de la République

Nous lui rendrons hommage et la défendrons demain lors de notre action contre les violences faites aux femmes

https://effrontees.wordpress.com/2016/11/21/le-100e-feminicide-mediatise-aujourdhui/

Les effronté-e-s restent mobilisées contre toutes les formes de violences faites aux femmes et demandent à la France de :

  • Respecter tous les engagements de la France dictés par la Convention « d’Istanbul » du Conseil de l’Europe.
  • Améliorer l’accès à l’information et au droit en les centralisant dans un document unique (lois, règlements, jurisprudence, lignes directrices ou protocoles nationaux… etc). Combien de femmes sont informées du fait que la règle doit être celle de l’éviction du conjoint violent du domicile ? Dans la réalité, c’est la victime qui est la plupart du temps contrainte de fuir le domicile.
  • Augmenter et faire connaitre les accueils de jour, les lieux d’écoute, d’accueil et d’orientation (LEAO), les permanences dans les commissariats et gendarmeries, les permanences des associations et les centres d’hébergement spécialisés.
  • Réaliser plus de formation des professionnel-les.
  • Augmenter les moyens financiers des associations et des actrices de terrain. C’est d’autant plus important que le coût, pour la société, des violences conjugales a été estimé à 3,6 milliards en 2012.
  • Créer plus de places d’hébergements d’urgence. Le conseil de l’Europe en préconise 6663 nécessaires, à raison d’une famille pour 10000 habitant-es.
  • Délivrer plus d’ordonnances de protection et plus facilement.
  • Délivrer plus de téléphones d’alerte pour les femmes en très grand danger dans tous les tribunaux de grande instance.
  • Renforcer les moyens de l’Observatoire national des violences faites aux femmes afin d’aider les association de terrain (FNSF, Fédération nationale des CIDFF) et augmenter les fonds des accueils de jour, des lieux d’accueil et les centres d’hébergement spécialisés.
  • Rendre obligatoire l’installation d’une commission départementale en matière de violences faites aux femmes pilotée par le Préfet.
  • Rendre obligatoire et financer les « référent-es violences » au sein des gendarmeries, commissariats et tribunaux dans tous les départements.
  • Renforcer l’éducation à la sexualité et à l’égalité à l’école.

Nous réclamons au nom de la justice

la grâce pour Jacqueline Sauvage !

Clip de soutien

Pétition

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s