CP: BURKINI : STOP A LA RÉPRESSION POLICIÈRE

Communiqué de presse des effronté-e-s / 26 août 2016

STOP A LA RÉPRESSION POLICIÈRE CONTRE LES FEMMES VOILÉES

Les effronté-e-s se réjouissent de la décision du Conseil d’État suspendant les arrêtés anti-burkini de Villeneuve-Loubet. Nous espérons que la décision de la plus haute juridiction française permettra de mettre fin à la répression policière des femmes voilées sur les plages.

Les effronté-e-s sont sans ambiguïté : tous les conservatismes religieux stigmatisent et répriment les corps et les sexualités des femmes à travers des dogmes puritains qui ne concernent en général que la moitié féminine de l’humanité. En revanche, il est à la fois cruel et contreproductif d’humilier publiquement ces femmes en leur infligeant des amendes, alors que beaucoup sont déjà victimes d’un environnement familial conservateur et sexiste.

Les effronté-e-s est une association laïque qui soutient la loi de 2010 interdisant le voile intégral dans l’espace public, une violence et une atteinte à la dignité des femmes, ainsi que la loi de 2004 qui bannit les signes religieux ostentatoires dans les écoles, les collèges et les lycées publics. Nous sommes en revanche contre l’interdiction du voile et du burkini (qui ne voile pas le visage) dans l’espace public, à l’université et sur les plages.

Les effronté-e-s dénoncent la montée des extrémismes religieux et de l’extrême-droite et met en garde contre ces arrêtés qui nourrissent leurs propagandes, victimisant les salafistes qui brandissent ces images de persécution des femmes voilées, et donnant du grain à moudre au Front National qui n’a guère un projet politique de libération des femmes. Exemple parmi d’autres, Marion Lepen s’en était prise aux plannings familiaux pendant les régionales dans la région.

Les effronté-e-s préconisent plus d’autonomie financière pour les femmes dont le tiers des travailleuses est à temps partiel, par exemple, et plus d’éducation contre le sexisme et pour l’égalité entre les femmes et les hommes à l’école. Nous déplorons que le gouvernement ait supprimé les ABCD de l’égalité face aux protestations de groupuscules extrémistes réactionnaires pourfendant « la théorie du genre ».

Une réflexion sur “CP: BURKINI : STOP A LA RÉPRESSION POLICIÈRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s