Le divorce « par consentement mutuel » sans juge Un divorce très dangereux pour les droits des femmes

Le divorce « par consentement mutuel » sans juge
Un divorce très dangereux pour les droits des femmes

Comment combattre la lenteur excessive de la justice ?  Comment « faciliter »,  « accélérer » la procédure ?

Jean Jacques Urvoas, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, a trouvé le moyen : supprimer le passage devant le juge lors d’un divorce. Mesure de bon sens ? Non, fausse bonne idée !

Pourquoi ?

Parce que les associations féministes rencontrent tous les jours des femmes dont les droits ont été mal défendus lors d’un divorce.

Parce qu’au quotidien beaucoup de divorces sont prononcés au détriment des droits des femmes, notamment à cause de la formation des magistrat/es et avocat/es sur la base d’un droit relevant d’une idéologie patriarcale traditionnelle.

Nous devrions donc nous réjouir de ne plus passer devant un juge !  Mais en fait cela risque d’être encore pire pour les femmes :  lorsqu’il y a violences dans le couple, une fois leur décision prise de quitter le conjoint violent, les femmes qui en sont victimes souhaitent que cela se fasse le plus vite possible et elles sont souvent prêtes à brader leurs droits (prestation compensatoire, pension alimentaire,résidence des enfants…).

Seul le magistrat peut entendre les époux et s’il le juge utile reporter l’audience ou rejeter la demande (dans le cas où il estime qu’un des époux est lésé ou qu’il n’y a pas de véritable consentement).

C’est pour cela que nous rejetons cette réforme du divorce !

Les procédures de divorce doivent certes être améliorées, mais en donnant plus de moyens  à la justice et non en renvoyant un service public vers le droit privé, dans la plus pure lignée libérale !

Les conséquences pour les femmes risquent d’être gravissimes, tant financièrement  qu’en terme de préservation de l’ensemble de leurs droits, notamment lorsqu’il y a soit des violences, soit des enfants. Qui peut croire sérieusement que le coût final sera de 50 € , cette somme visant à couvrir l’enregistrement de l’acte mais non la rémunération du notaire ? Qu’en sera-t-il de l’aide juridictionnelle accordée pour les femmes ayant de faibles ressources par ailleurs actuellement peu élevée ?

Nos associations demandent le retrait immédiat pur et simple de cet amendement et l’augmentation des moyens humains et financiers  alloués à la justice pour qu’elle soit rendue dans de meilleurs conditions, notamment de formation des magistrat/es et de délais.

  • Abandon de Famille – Tolérance Zéro

  • Amicale du Nid
  • 
Assemblée des Femmes

  • Les Chiennes de Garde
  • Coordination des Associations pour le Droit à l’ Avortement et la Contraception
  • Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes
  • Collectif National pour les Droits des Femmes

  • Les effronté-e-s
  • Fédération Nationale Solidarité Femmes

  • Femmes égalité
  • Femmes solidaires
  • FIT – Une femme un toit
  • Grand Chapitre Général Féminin de France

  • Ligue du Droit International des Femmes
  • 
Maison des Femmes Thérèse Clerc

  • Mémoire traumatique et victimologie
  • Osez le Féminisme
  • 
Planning Familial
  • Regards de Femmes
  • 
Réseau féministe Ruptures

3 réflexions sur “Le divorce « par consentement mutuel » sans juge Un divorce très dangereux pour les droits des femmes

  1. Mesdames vous vous moquez du monde. Toujours à quémander.
    La communauté réduite aux acquêts est déjà très pénalisante puisque c’est le mari qui en met généralement le plus alors qu’au final il n’en récupère que la moitié.

    Par dessus le marché, ne racontez pas d’histoires, vous avez une prestation compensatoire même si vous n’avez fait aucun sacrifice pendant le mariage car, de base, cette PC vous est attribuée dès que vous gagnez moins que votre mari même si la différence provient de vos qualifications professionnelles inférieures à celles de votre mari. Un comble ! Pas besoin de faire d’études ou de passer des concours, c’est l’autre qui paie parce qu’il est tombé dans le piège du mariage qui n’est autre qu’une escroquerie institutionnalisée.

    Au 21ème siècle quand on a un minimum d’amour propre, on ne considère pas le mariage comme une machine à sous pour s’enrichir sur le dos d’un mari plus qualifié que vous. D’ailleurs le régime légal devrait être la séparation de biens et non pas la communauté réduite aux acquêts.
    L’ex mari n’est pas un portefeuille et vous ne vous êtes pas mariée avec son métier (j’espère parce que sinon que penser de vous !).

    J'aime

  2. Oui… mais il y a de nombreux couples qui ne vivent pas ces misères et trouvent bizarre qu’on puisse se marier sans passer devant un Juge et qu’il soit impossible de divorcer aussi simplement !

    Les mesures relatives aux enfants et aux effets patrimoniaux du divorce resteraient naturellement soumises à l’homologation d’u Juge.
    Je partage l’idée qu’il faut faire disparaitre le divorce « pour fautes » : si violences ou abus il y a eus, le juge pourra toujours en connaitre dans le cadre pénal ou civil, sans que le prononcé du divorce lui même soit affecté.

    J'aime

  3. Le rôle du juge dans le cas d’un divorce même par consentement mutuel peut être celui de soutien et de conseil sur les droits des femmes dans ces cas malgré tout douloureux. Le supprimer peut être préjudiciable ; tout à fait d’accord avec vos propos

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s