Lettre à François Hollande

Lettre à François Hollande

dsc_0447_2

Monsieur le Président,

Voici maintenant trois ans que vous êtes à la tête de notre pays. C’est aussi la date d’anniversaire d’une promesse de campagne, celle de faire de la jeunesse votre priorité. Au Bourget, vous formiez le vœu que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’ils ne vivaient en 2012. Qu’en est-il aujourd’hui ?

À plus de la moitié du chemin qui séparent ces deux dates, nous, militantes des efFRONTé-e-s, association de jeunes féministes, sommes au regret de vous confirmer l’inverse. Au contraire, la jeunesse va de plus en plus mal. L’accès au logement est un parcours du combattant, l’obtention d’un CDI un fantasme, notre précarité une réalité.

Notre génération est entrée dans le monde du travail à un moment où chômage de masse et flexibilité des contrats ont généré une précarisation sociale quasi généralisée. La loi Macron menace les plus fragiles d’entre nous, notamment les jeunes femmes habitant en Zones Urbaines Sensibles, très majoritaires dans les métiers concernés (vendeuses, caissières, femmes de ménage…), qui subissent temps partiels imposé et salaires misérables, quels que soient les bénéfices de l’enseigne. En témoigne la récente grève, très féminine, chez Carrefour Market dont les bénéfices sont pourtant si gros que le PDG a augmenté son salaire de 40% il y a deux ans, tandis que les travailleuses dénoncent leurs salaires modiques.

Qui dit « contrats précaires » dit « crise du logement ». Quelle agence, quel propriétaire fera confiance à des jeunes travailleuses et travailleurs en CDD ou en Interim, avec ou sans primes ? Raison pour laquelle cinq militant-e-s des efFRONTé-e-s n’ont eu d’autre choix que de s’abriter dans un squat ouvert collectivement à Paris, afin de ne pas se retrouver à la rue.

Cette fragilité sociale expose les jeunes femmes à la double peine de la pauvreté et des « propositions indécentes » au moment où elles postulent pour tel emploi ou pour tel logement. Raison pour laquelle il est impératif de lutter contre toutes les portes d’entrée du système prostitueur, d’autant que la jeunesse y est perçue comme une valeur ajoutée. Rappelons que l’âge moyen d’entrée dans le système prostitueur est de 14 ans, la prostitution est donc un péril jeune ! Il est impératif que la loi renforçant la lutte contre le système prostitueur soit votée au cours de ce quinquennat.

La jeunesse est aussi la promesse d’une génération débarrassée du sexisme. C’était un acte courageux et constructif de miser sur l’avenir en inculquant aux enfants, via les ABCD de l’égalité, les valeurs de la République dont fait partie le princie d’égalité femmes-hommes, afin de mieux combattre les violences et les discriminations envers les femmes. C’était, au contraire, un geste kamikaze d’abandonner ce programme face aux vociférations de la fachosphère et d’enterrer le Ministère des Droits des Femmes, qui était pourtant une promesse de campagne. Ce fâcheux recul a suivi de près l’abandon de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, autre promesse de campagne dont le Premier Ministre M. Valls a célébré les funérailles depuis le Vatican.

Votre gouvernement a eu quelques gestes envers la jeunesse, comme les 200 millions alloués aux bourses et la loi sur l’encadrement des stages. En revanche, avec la nouvelle carte scolaire, nos écoles sont brutalement soumises aux suppressions de poste, comme en témoignent les banderoles « Non aux fermetures de classes » qui fleurissent à l’entrée des maternelles, des écoles et des Mairies, pour obtenir des embauches supplémentaires de la part des Ministères de l’Éducation Nationale et du Budget. Alors que l’éducation devait être une priorité, c’est aujourd’hui l’éducation prioritaire qui est attaquée par des mesures d’austérité !

Les jeunes, antiracistes, se sont fortement mobilisé, en solidarité avec Léonarda et Khatchik, en manifestant par milliers pour l’arrêt des expulsions des jeunes étrangers scolarisés. Aujourd’hui, ces mineurs isolés sont parqués dans les gymnases, quand ils y ont droit, au pays de la déclaration des droits humains. Les efFRONTé-e-s continuent à dire NON aux expulsions, OUI aux régularisations, OUI au droit de vote des étranger-e-s, encore une promesse de campagne bafouée !

Enfin, la jeunesse s’est fortement mobilisée, avec les lycéen-ne-s et les étudiant-e-s, contre votre réforme des retraites avec un chiffre record d’établissements et d’universités en grève, dont une dizaine de bloquées. 190 000 jeunes attaché-e-s à notre modèle social ont manifesté parmi les 3,5 millions de citoyen-ne-s. Nous réaffirmons notre opposition à l’avalanche de réformes libérales qui s’est abattue sur nous !

Face à tous ces reculs, les efFRONTé-e-s continuerons à se battre pour que soient tenues vos promesses de campagne : Un Ministère des Droits des Femmes, la PMA ouverte à toutes les femmes, le droit de vote des étranger-e-s, votre opposition initiale à la libéralisation du travail dominical, et le refus de toute politique d’austérité au nom de votre déclaration de guerre au monde de la finance et aux traités européens que vous deviez renégocier.

Courage, M. le Président, il n’est jamais trop tard pour bien faire, ou du moins faire ce qu’on a promis !

effrontecc81-e-s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s