« Nous pouvons tou-te-s agir contre les violences faites aux femmes! » par l’efFRONTée Sarah Hafiz

Oui, nous pouvons tou-te-s agir contre les violences faites aux femmes!

04

Ça peut-être n’importe qui, ça peut aussi être n’importe où. Dans le métro, au travail, dans la rue, dans un appartement. Les violences faites aux femmes n’ont pas de lieu de prédilection et nous pouvons toutes et tous en être témoins. Que faire dans ce cas ? Agir !

Le harcèlement de rue, premier théâtre des violences sexistes !

Harcèlement

Une nouvelle vidéo, en caméra cachée, dénonce le harcèlement sexuel à New-York

Si les violences faites aux femmes sont souvent assimilées aux seules agressions physiques, elles recouvrent en réalité un champ bien plus large et comprennent le harcèlement de rue, ls harcèlements sexuel, les violences verbales, etc. Nul besoin d’avoir un œil au beurre noir pour être reconnue victime. Dans l’espace public, ces violences se multiplient. Face à cela, il faut être solidaires, il faut agir !

Les réflexions et commentaires sexistes s’accumulent dans la rue à l’encontre des vêtements d’une femme jugée sexy, avec un maquillage trop voyant, voire même des femmes qui n’étaient pas du tout forcément apprêtées ce jour-là. Car le harcèlement de rue n’est pas une opération de séduction (les hommes savent parfaitement que les insultes et les sifflets ne vont ni nous flatter, ni nous séduire) mais une opération de domination. La plupart du temps, les femmes préfèrent baisser la tête, éviter de riposter, et les éventuel-le-s témoins passent leur chemin. Pourtant, un harcèlement peut donner lieu à des plaintes auprès des gendarmes.

Si vous êtes une femme, si vous êtes un homme qui respectez les femmes et jugez intolérable ce type de réaction, vous pouvez agir soit en incitant la victime à porter plainte, soit en intervenant. Il y a toujours un risque, celui de ne pas être pris au sérieux ou d’être rejeté car ce sont pas « vos affaires ». Mais en intervenant, juste en demandant à la victime, à voix haute et claire, si « tout va bien ? » pour que l’agresseur se sente à son tour menacé, non seulement vous protégez une personne dans l’espace public mais vous empêchez peut-être cet homme de récidiver.

Une femme décède tous les 2 jours et demi sous les coups de son compagnon : et si c’était votre voisine, collègue, amie, parente ?

« Ils avaient l’air heureux », « il avait l’air si gentil », voilà le type de commentaires qu’on entend lorsqu’on apprend qu’une femme est décédée suite aux coups de son compagnon. Quelle que soit la relation de couple qui unissait cette femme à cet homme, rien ne peut justifier des violences de couple. Ce ne sont pas des violences « passionnelles ». Le conjoint violent ne perd pas le contrôle quand il frappe sa conjointe, au contraire, il prend le contrôle. Le fait qu’il soit son mari, son ex-conjoint ou son petit ami ne change rien. 02

Il faut aussi lutter contre les stéréotypes qui laissent à penser que seules les femmes pauvres, issues de milieux défavorisés, en sont victimes. N’importe quelle femme peut être victime de violences conjugales, même si elle est issue d’un milieu aisé et qu’elle vit en quartier résidentiel, comme le montre bien des affaires médiatisées concernant des stars : Rihanna, Marie Trintignant, Whitney Houston, Diam’s ou Lio.

01

Il est très difficile aux femmes de parler à leurs proches de ce qu’elles subissent. Nombreuses sont les associations qui aident les victimes de violences conjugale. Ainsi, le 3914 est un numéro anonyme et gratuit, qui permet aux femmes d’obtenir une écoute active et les conseille pour clarifier leur situation et déterminer les démarches à suivre. N’hésitez pas à orienter les femmes vers ces numéros et associations spécialisée, car parler libère la victime d’un énorme poids. N’hésitez pas à alerter la gendarmerie si vous êtes témoins de violences conjugales. Si vous entendez des coups et des cris chez vos voisin-e-s, essayez d’intercepter l’éventuelle victime dans la journée pour lui donner cette information.

03

Chacune et chacun, à notre niveau, pouvons agir pour lutter contre les violences faites aux femmes !

Rejoignez-nous ce samedi 22 novembre à 14h30 à Bastille (Paris), pour une manifestation organisée par les associations et autres organisations féministes !

Une réflexion sur “« Nous pouvons tou-te-s agir contre les violences faites aux femmes! » par l’efFRONTée Sarah Hafiz

  1. Autre numéro à contacter : le 3919
    Il s’agit d’une plateforme téléphonique anonyme et gratuite depuis un fixe pour orienter et informer toutes personnes sur les violences et comment agir.
    Ce numéro n’apparaît pas sur les factures téléphoniques.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s