« N’ai-je pas bon genre ? » par l’efFRONTé Roland Raivard

« N’ai-je pas bon genre ? »

par l’efFRONTé Roland

Je ne sais pas si vous  connaissez  Michel Onfray ? Pour celles et ceux qui ne regardent pas (assez) la télévision, c’est un philosophe, estimable, bien qu’un peu impulsif. Il vient de déclarer, du haut de l’autorité conférée par le système médiatique : « Et si, à l’école, au lieu de la théorie du genre et de la programmation informatique, on apprenait à lire, écrire, compter, penser ? »

onfrayCette réflexion subtile m’a intrigué. En dehors de la mission « faire penser » assignée à l’école, qui m’a rappelé avec émotion un certain retour en classes, où j’emportais chez moi la carte postale du portrait de Pétain dont nous devions fêter l’anniversaire. Je ne vous dit pas l’accueil que je reçus. Les parents aussi, ça donne à penser.

Au final, je suis entièrement d’accord avec Michel Onfray, comme avec Farida Belghoul, Anne Coffinier, Béatrice Bourge, Ludovine de la Rochère et, bien sûr l’ami Alain Soral, maître à penser du Front National. Moi aussi, je suis contre la « Théorie du Genre ». Je suis contre, parce qu’elle n’existe pas. Vous imaginez, être contre quelque chose qui n’existe pas ? Quel ridicule !

On peut être contre François Hollande, par exemple. Il « existe », au Mali, en Centre Afrique, en Irak, même au corps défendant des intéressé-e-s.

La « théorie du genre », elle, a été inventée en 2004 par le Cardinal Ratzinger, devenu Benoit XVI. C’était sa réponse à la conférence des Nations Unies sur l’émancipation des femmes, l’ouverture du mariage au homosexuel-le-s aux Pays Bas, et le PACS En France.

pape_benoit_16

Sinon, le genre n’est qu’un sujet d’étude qui veut inspirer des réflexions individuelles et des réponses sociales face à la persistance des inégalités femmes-hommes. Sans faire remonter ce besoin d’élucidation aux travaux du psychanalyste Robert Stoller, il faut rappeler que les écolier-e-s françai-se-s, dans la douleur, en disaient quelque chose : « L’adjectif qualificatif et le participe passé, attributs ou épithètes, s’accordent en genre et en nombre avec le nom ou le pronom auquel ils raccordent ». En poursuivant nos études, on notait tranquillement qu’en ce qui concerne le genre, le masculin l’emportait sur le féminin. C’est sur ce genre de stéréotype que les linguistes, puis les psychanalystes et les sociologues, se sont penchés.

C’est en 1975 que l’historienne Natalie Zemon Davis établit la nécessité d’une nouvelle interprétation de l’histoire, qui prenne en compte la différence de traitement des femmes et des hommes, qui jusque là avait été occultée.

Sur ce champ d’étude se sont affrontés les meilleurs esprits du moment, qui tou-te-s étaient d’accord pour mettre fin à l’apartheid des femmes et pour qu’enfin soient reconnues les diverse réalisations de la sexualité biologique.

C’est ainsi qu’on rencontre Mélanie Klein, Pierre Bourdieu et Simone de Beauvoir qui en 1949, dans « le deuxième sexe » écrit : « On ne nait pas femme on le devient ». Formule ambigüe  qui occulte l’acte révélateur.

Ce sont les travaux de Judith Butler, dans son livre « Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion » (La Découverte, 2005) s’inspirant de Foucault, Lacan, Derrida, qui constituent actuellement l’une des plus pertinentes élucidations du genre.

Vous avez compris, la « Théorie du Genre » s’inscrit dans deux mouvements réactionnaires. D’abord, sous l’impulsion de la droite, de l’extrême droite, du mouvement Caritas et des écoles libres mobilisées, pour détruire l’École de la République. D’autre part, pour permettre d’occulter ce dont souffre la France: austérité, corruption, inégalités scandaleuses de classe, notamment entre les femmes et les hommes, étouffement de la citoyenne et du citoyen, destruction du service publique, remise en cause des droit sociaux.

La Théorie du genre, c’est mauvais genre !

Roland Raivard

                                   .

3 réflexions sur “« N’ai-je pas bon genre ? » par l’efFRONTé Roland Raivard

  1. Bonjour

    J’aimerais que vous m’éclairiez sur la supposée théorie du genre. En effet je ne parviens pas à caractériser les conclusions établies par les différentes études de genre réalisées depuis maintenant une quarantaine d’année (je me trompe peut-être sur les dates).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s