CP : Loi famille APIE : féministes unhappy !

Communiqué de presse des efFRONTé-e-s / 22 mai 2014

Loi famille APIE : féministes unhappy !

Coup de théâtre. Depuis ce matin, nous en sommes au second report sine die d’un projet de loi sur la famille.

Les efFRONTé-e-s avaient déjà dénoncé l’amateurisme de cette proposition de loi a minima qui ne prévoyait ni l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, ni la facilitation de l’adoption simple, ni la reconnaissance des parents sociaux, malgré le récent jugement qui a pénalisé la compagne d’une maman enceinte via une PMA.

Lundi dernier, nous avons participé à un rassemblement pour dénoncer plusieurs points dans la proposition de loi APIE:

APIE proposait de renforcer l’exercice conjoint de l’autorité parentale, et de fixer la résidence du domicile de l’enfant chez les deux parents, notamment en cas de séparation. Largement inspirée des revendications masculinistes, ces mesures auraient permis aux conjoints violents de maintenir leur emprise sur leurs proies, comme en témoigne cette pétition. Or nous savons d’expérience associative que la séparation exacerbe encore plus les violences conjugales, le recours au chantage et le meurtre revanchard, dans un pays qui compte près de 200 000 victimes de violences conjugales par an.

APIE proposait également d’appliquer une amende en cas de non respect des prérogatives d’un parent. Cette amende aurait pesé bien plus fortement sur les épaules des femmes, inégalités salariales obligent, sans parler du coût de l’attirail judiciaire pour faire appliquer la loi. Notons que c’est aujourd’hui aux victimes des impayés de pensions alimentaires de prouver que le débiteur s’est intentionnellement abstenu de les verser, comme en témoigne cet amendement de MG Buffet. En France, près du tiers des femmes sont à temps partiel, et sont très précarisées par la séparation, notamment pour trouver un nouveau logement et un travail plus rémunérateur.

Certes, des garde-fous étaient prévus pour les condamnés pour violences conjugales, mais ne prenaient jamais en compte les victimes qui sont toujours sous l’emprise de leur agresseur, qui subissent le chantage aux impayées de pensions alimentaires, et surtout la peur de laisser leur enfant avec un mari violent.

Les efFRONTé-e-s déplorent les éternels atermoiements et la sourde oreille du gouvernement qui a complètement perdu la boussole politique.

Nous espérons qu’une loi complète et courageuse sera rapidement à l’ordre du jour de nos assemblées, et à l’écoute des revendications du mouvement de défense des droits des femmes.

Contact : Fatima-Ezzahra Benomar – 06 75 86 61 31

Une réflexion sur “CP : Loi famille APIE : féministes unhappy !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s