CP: Ni concession à la détresse, ni solution de confort, l’IVG est un droit !

Communiqué de presse des efFRONTé-e-s du 24/01/2014

 Ni concession à la détresse, ni solution de confort, l’IVG est un droit ! 

Les efFRONTé-e-s se réjouissent de voir l’avortement réaffirmé comme un droit à part entière, en ces temps d’inquiétante montée des mouvements intégristes et réactionnaires.

Partout en Europe, les politiques d’austérité sèment la crise et la désespérance. Alors il faut bien donner un joujou à la frange la plus réactionnaire des dirigeants et de la population. En général, celui dont elle se délecte le plus, c’est le sacrifice des droits des femmes sur l’autel du conservatisme.

Le 20 décembre 2013, le conseil des ministres espagnol a adopté un projet de loi restreignant radicalement le droit à l’avortement. S’il était voté, une IVG ne serait autorisée qu’en cas de viol, ou si la grossesse posait un risque de santé physique ou mental sérieux à la femme. Résultat, les femmes qui en ont les moyens iront à l’étranger pour bénéficier d’un avortement sûr et légal, et les autres retourneront aux enfers des avortements clandestins.

Les féministes françaises s’organiseront évidemment pour les accueillir, mais nous souffrons nous-même d’une énorme carence en centres d’IVG, dont près de 200 ont fermé ces dernières années suite à la loi HPST.

En France, un amendement salutaire a nettoyé la loi Veil de la notion de « situation de détresse ». En effet, dans les années 70, les politiques avaient été confrontés à un énorme mouvement de femmes qui dénonçaient les drames des avortements clandestins, et Simone Veil n’avait put obtenir qu’une loi à minima, où on tolérait les IVG en raison de la détresse des femmes.

Il n’en fallut pas plus pour que Civitas, Manif pour tous, Homen, SOS tous petits etc. sortent dans la rue pour hurler au scandale. Raison de plus pour nous réjouir de cette victoire symbolique, et faire taire l’extrême-droite qui agite le mystérieux phénomène d’IVG de confort… Quelle femme préfère subir une opération chirurgicale, plutôt qu’avoir recours à la contraception ? Aucun moyen de contraception n’est sûr à 100%, et nous sommes les premières à revendiquer davantage de cours d’éducation sexuelle et de campagnes de sensibilisation.

Les efFRONTé-e-s manifesteront le 1er février à Paris, à 14h au départ de la place Joffre, aux côtés de tout le mouvement féministe pour rappeler notre attachement au droit fondamental à l’IVG !

Contact : Fatima-Ezzahra Benomar – 06 75 86 61 31

Demonstrators shout slogans during pro-choice protest against government's proposed new abortion law in Madrid

3 réflexions sur “CP: Ni concession à la détresse, ni solution de confort, l’IVG est un droit !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s