Rencontre avec « Histoire du féminisme à Rennes » !

Rennes

Comment s’est créée « Histoire du féminisme à Rennes » ?

Nous sommes militantes féministes depuis le début des années 2000. Pendant ces années, nous avions constaté que les féministes des années 70 n’étaient pas visibles dans les milieux que nous fréquentions. Nous nous demandions: « que s’est-il passé à Rennes dans les années 70, quels étaient les groupes, les actions ? »

En juin 2009, suite à une discussion avec une copine rennaise qui avait participé aux combats féministes des années 70, nous nous sommes dit que cette mémoire locale ne devait pas rester absente de l’histoire, d’autant que l’histoire nationale se résume souvent à l’histoire parisienne !

L’aventure a commencé avec l’idée d’écrire un livre. Nous avons donc fait des recherches, réalisé des entretiens et très vite, nous avons eu envie de communiquer nos connaissances au grand public. C’est pourquoi nous avons organisé des conférences, des visites guidées dans le Rennes féministe des années 70 et avons plein de projets pour mars 2013. L’association a découlé de tout ça: nos projets ont pris de l’ampleur, et nous avions besoin d’avoir une certaine lisibilité.

Êtes-vous un outil d’information et/ou de mobilisation dans le mouvement féministe ?

Nous sommes bien un outil d’information car nous avons pour objet de transmettre cette histoire. Mais notre projet permet aussi de faire le lien entre deux générations militantes ou  entre les personnes intéressées par les luttes féministes, afin de montrer que nos droits sont le fruit de luttes. C’est donc un projet qui s’inscrit dans le mouvement féministe!

Individuellement, nous avons d’autres engagements associatifs et sommes impliquées dans les mobilisations actuelles.

Par rapport à votre regard sur l’histoire du féminisme, estimez-vous qu’on est toujours dans une phase de progression, ou qu’on connait une phase de régression ?

Des droits essentiels ont été acquis dans les années 70-80 comme l’accès à a contraception, le droit à l’avortement, la qualification du viol comme crime etc. Mais tout cela reste fragile voire recule. Les conditions d’accès à l’avortement régressent, le viol peut rester impuni (procès de Créteil)…

En matière d’égalité, on ne voit aucune avancée: les tâches ménagères sont toujours inégalement réparties, les femmes sont désavantagées sur le marché du travail, elles se font toujours insulter, discriminer, dévaloriser, elles subissent des violences…

Et en ce moment, il y a quelque chose de symptomatique qui pollue nos boîtes aux lettres: les catalogues de jouets! Aspirateurs, jeux de princesses, maquillage pour les filles dans les pages roses et pistolets, jeux de construction et petit chimiste pour les garçons dans les pages bleues.

Avez-vous le soucis que des organisations de jeunesse, comme la notre, reprennent le flambeau ?

Il y a vraiment beaucoup de travail et OUI, il faut se mobiliser pour faire avancer nos droits ! C’est important que la vague féministe actuelle ne retombe pas. Nous qui avons la trentaine aujourd’hui constatons avec satisfaction que la relève est bien là, nous sommes très heureuses de militer avec des personnes plus jeunes que nous.

Interview de Patricia Godard et Lydie Porée pour l’association
« Histoire du Féminisme à Rennes »
dscn06102

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s