Et qu’est-ce qu’on veut ?!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Conseil d’administration :

  • Anais Haddad – Secrétaire Générale
  • Fatima Benomar – Trésorière
  • Rachel Messaoui Référente contre les discriminations aux identités, aux orientations sexuelles et aux parentalités
  • Claire Poursin – Référente contre les violences faites aux femmes
  • Sarah Pouyaud ElySecrétaire Générale de l’antenne de Strasbourg
  • Fleur BastinTrésorière de l’antenne de Strasbourg

Présentation de l’association :

Sans titre

« Aujourd’hui, en France…

Féministes et militant-e-s LGBT, nous avons constaté à quel point les politiques d’austérité et le sexisme font éclater les inégalités et les violences sexistes dans notre pays.

Bien que notre génération ait hérité d’un modèle social durement acquis par nos ainé-e-s :

  • Les contrats précaires sont banalisés, voire encouragés par les réformes économiques libérales, et incombent très majoritairement aux femmes.
  • Les discriminations sexistes sont monnaie courante, et aucune réelle politique n’en analyse sérieusement les mécanismes pour les faire reculer.
  • Le nombre sans précédent de fermetures de centres d’IVG et de maternités menace le droit à disposer de nos corps et la santé des femmes.
  • Les modes de scrutin de la Ve République sont incapables de favoriser l’égal accès aux responsabilités politiques.
  • Les violences sexistes et sexuelles prospèrent dans une société où le manque d’éducation à l’égalité cantonne femmes et hommes dans des rôles différenciés et stéréotypés, et où le gouvernement cède aux attaques des mouvements traditionalistes.

Nous en avons assez d’attendre que l’égalité, les budgets raisonnables pour faire avancer les droits des femmes et la parité veuillent bien advenir tous seuls !

effronté-e-s

Rigueur & droits des femmes sont inconciliables…

L’austérité détruit tous les outils qui permettent de faire évoluer les droits des femmes. Toutes les politiques menées pour faire des économies de bouts de chandelles n’ont fait que provoquer de nouvelles régressions :

  • La restructuration de l’hôpital public entraine la fermeture de dizaines de centres d’IVG et de maternités ;
  • Les plans d’austérité condamnent les services publics et les structures qui nous protègent ;
  • Le recul du droit à la retraite creuse l’écart entre les pensions des femmes et des hommes, qui s’élève aujourd’hui à 38%.

Puisque la gauche l’a emporté, nous réclamons l’égalité !

  • Créer 500 000 places en crèche, via un service public de la petite enfance,
  • Augmenter le SMIC de façon significative (les deux tiers des smicards sont des femmes),
  • Imposer aux entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale une obligation de résultats et une pénalisation financière s’élevant à 10% de la masse salariale,
  • Lutter contre les contrats précaires et le temps partiel, pour que le CDI à temps plein redevienne la norme,
  • Revenir à la retraite à 60 ans sans décotes et sans augmentation de la durée de cotisation.

Qui sont les efFRONTé-e-s ?

Nous avons créé une association ANTI-Austérité dénonçant les mécanismes transversaux du patriarcat, et l’assignation des personnes à des rôles stéréotypés.

Nous nous élevons contre toutes formes de régression des droits des femmes, des LGBT, des étranger-e-s, des immigré-e-s et des travailleur-se-s, car la société que nous voulons doit être juste et égalitaire. Contre le sexisme, l’homophobie, le racisme, et l’oppression capitaliste, nos principes sont universels !

effronté-e-s 1

« Les efFRONTé-e-s » est :

  • Féministe : pour construire une société d’égalité, quels que soient le sexe ou l’orientation sexuelle.

  • Progressiste et laïque : pour une société sans discrimination, égalitaire, avec un Droit du travail efficient et un modèle qui permet aux citoyen-ne-s de vivre libres, émancipé-e-s et épanoui-e-s.
  • Antiraciste : contre toute forme d’intolérance et de violences commises par des individus ou des institutions.
  • Révolutionnaire : tant nos sociétés ont été fondées sur la base de l’ordre social patriarcal. Pour en être débarrassées, il faudra revoir ses valeurs et ses modes de fonctionnement de fond en comble.
  • Mixte : pour impliquer, former et responsabiliser, au delà du genre, sur les questions de l’égalité et contre l’essentialisme.
  • Abolitionniste du système prostitueur : car la prostitution est la forme la plus sexiste et la plus esclavagiste de la domination masculine et qu’elle porte atteinte à la dignité des individus.

Le collectif ZéroMacho a mis en place ce visuel auquel participe Lucas Gomez des efFRONTé-e-s.

Plus d’infos sur la campagne ICI

Elle sera un outil de :

FORMATION :

Le sexisme ordinaire et les inégalités sont souvent invisibles. Beaucoup de femmes ne se rendent pas compte qu’elles sont discriminées et qu’elles subissent les effets d’une image dégradante des femmes, alors même qu’elles le subissent au quotidien.

En France, peu de citoyen-e-s savent que les inégalités de salaires s’élèvent à 27% – Que 80% des tâches ménagères sont assumées par des femmes – Qu’une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon – Qu’un viol est commis toutes les 7 minutes – Qu’on n’a aujourd’hui que 27% de députées à l’Assemblée Nationale.

Les LGBT sont perçues comme des personnes marginales, différentes et dérangeantes parce qu’elles démontent les théories sur la complémentarité des sexes ou les particularités des femmes et des hommes.

Nous voulons faire de l’éducation populaire à travers des rencontres, des TOPOS  (exposés organisés dans l’espace public), des criées dans le métro, des chamboule tout ou des balades musicales pour sensibiliser les passantEs sur les questions féministes. (Les voir en vidéo)

mots

MOBILISATION :

Les efFRONTé-e-s seront présentes dans les luttes pour défendre les droits des femmes.

les effrontées 3

CRÉATIONS :

Toute l’histoire des luttes féministes a été l’occasion de créations artistiques qui ont engendré films, documentaires, expositions, livres, actions originales, affiches mythiques etc.

Donnons libre cours à notre imagination pour laisser une trace dans l’histoire.

INFORMATION :

Grâce à ce blog !

Contact : leseffrontees@gmail.com

Nous sommes signataire de :

Sans titre-1

11 réflexions sur “Et qu’est-ce qu’on veut ?!

  1. « Pour en être débarrassées » -> il fallait écrire « débarassé-e-s ».
    J’adore ce petit jeu du trait d’union, c’est un nid à emmerdes c’est génial.

    J'aime

  2. M. J. Gabard
    Je comprend votre façon de voir ; mais il y a aussi; le désir entre meme sexe donc !..
    Et le désir ne veut pas dire forcément bonheur, épanouissement, il peut aboutir sur/ jalousie, persécution morale, ou meme physique. Et le progrés ne se fait qu’en réfléchissant, et en restant vigilant envers les extrémes tout à fait d’accord!?..Et si les femmes deviennent sexiste , c’est « peut-etre  » qu’il y a DES raisons..non??? nettoyons chacune et chacun devant sa porte.

    J'aime

    1. Suivre ses désirs peut apporter du plaisir mais aussi des problèmes et c’est la raison pour laquelle il faut apprendre à les gérer.
      Le sexisme des femmes a des raisons certes, le sexisme des hommes aussi. Il est bon de les connaître. Mais ce n’est pas une raison pour les accepter et ne rien faire pour les éviter.
      Comme vous le dites, le progrès ne se fait qu’en réfléchissant. C’est en connaissant la différence de l’autre et en l’acceptant, même si elle nous dérange, que l’on pourra bien vivre ensemble.
      Ce n’est donc pas en rêvant à une égalité parfaite que cela sera possible.

      J'aime

  3. D’accord avec une grande partie de vos revendications et notamment avec l’égalité en droits.
    Par contre je ne crois pas que l’égalité soit possible ni même souhaitable.

    Jean (Zéropenséeunique)

    J'aime

      1. Seule, l’égalité en droits est possible. Elle est même nécessaire parce que l’égalité n’est pas possible.
        Je suis pour l’égalité en droits et pour la différence des sexes.
        Il y a avec la différence des sexes un manque qui nous fait désirer et qui nous fait progresser.
        Avec la l’utopie égalitaire je crains que la différence ne soit plus gérée et que les relations hommes/femmes deviennent impossibles C’est déjà ce que l’on voit poindre.
        Alors que le sexisme des hommes envers les femmes n’a pas encore disparu, le sexisme des femmes envers les hommes tend à devenir la norme. Jeangabard.com

        J'aime

  4. Magnifique. Petit bémol: quand on tape « les effrontées » sur google, on tombe sur tout ce contre quoi le féminisme lutte. Il faudrait peut-être penser à optimiser la domiciliation ou enclancher une réaction radio médina en chaine.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s